PLAN DE CONTINUATION COVID-19
NOTRE ATELIER EST OUVERT À COMPTER DU 30 MARS 2020 DANS LE STRICT RESPECT DES CONSIGNES DE SÉCURITÉ

INTERVIEW OLIVIER BOUCHET, DIRIGEANT DE L’ENTREPRISE CULAUD SAS

Aujourd’hui, c’est Olivier Bouchet, le dirigeant de l’entreprise Culaud qui se livre sur ses trois années passées à la tête de l’entreprise mais aussi sur les savoir-faire, défis et nouvelles perspectives qui se dessinent.

ACCUEIL > ACTUALITÉ > Interview Olivier Bouchet, dirigeant de l’entreprise Culaud Sas

Publié le 08 mai 2020 par Glazapart

Vous avez repris l’entreprise Culaud SAS depuis trois ans, quel regard portez-vous sur cette période ?

O.B. Je dirais (presque) :  déjà trois ans ! Le bois, je suis quasi tombé dedans après des études en électrotechnique et une école de commerce. Je n’étais pas prédestiné à évoluer dans ce domaine mais l’envie de revenir dans l’Ouest après avoir étudié à Paris m’a amené à faire mes premiers pas dans le groupe Pinault. J’ai évolué de poste en poste : de commercial à directeur d’agence puis à la direction de centre d’importation et des postes de direction générale de Silverwood et de Protac Ouest ainsi que la direction commerciale et de la Scierie Grouazel. J’ai aussi créé mon entreprise de conseil. Et puis, fort de ces années d’expérience, j’ai eu envie d’entreprendre en reprenant une entreprise. J’ai rencontré le dirigeant de l’entreprise Culaud via un ami. La signature d’achat est intervenue en mai 2017. L’entreprise réalisait alors 1,45 M€ de CA et comptait 12 salariés. Nous avons atteint 2,4 M€ à effectif équivalent. Cette progression, nous la devons sans doute au mix d’une entreprise qui fait quasiment que du hors standard avec de vrais savoir-faire. Le tout avec un carnet d’adresses qui s’étoffe et une équipe qui s’est mobilisée. J’ai pu humblement apporter ma connaissance des essences, des fournisseurs, de première et seconde transformation du bois. Culaud avait un vrai potentiel à révéler.

Justement quelles sont vos spécialités ?

O.B. : Culaud porte dans son nom le mot moulures. Aujourd’hui, c’est 50 % de l’activité. Désormais, nous fabriquons beaucoup de marches d’escalier, de mains courantes, de composants d’agencement mais aussi du bardage et du platelage. Le tout en bois, contreplaqué ou médium. Nos clients sont basés dans toute la France et plus spécialement sur la façade atlantique notamment en Bretagne, Pays de la Loire et Normandie mais aussi à Paris, en région parisienne et dans le Nord. 90 % de nos clients nous sollicitent en direct.  Nous intervenons à 80 % pour des professionnels du bâtiment : des artisans, des PME, des menuisiers, des agenceurs, des serruriers, des façadiers, métalliers, etc. Le reste de notre activité touche au nautisme, au secteur naval, à l’industrie et … aux instruments de musique.

Quelles sont les leviers de développements que vous pensez actionner ?

O.B. : Culaud a des demandes de plus en plus pointues sur des aspects techniques comme des usinages compliqués en bois massif. Notre savoir-faire vient en complément des agenceurs. Nous avons l’outil et la compétence pour répondre à ces sollicitations. Par ailleurs, nous allons poursuivre nos développements sur la partie métal que l’on travaille notamment avec les marches d’escalier, mais aussi les brise soleil, mains courantes, claustras, bardages…Nous allons aussi faire savoir que nous pouvons proposer des prestations complémentaires en coupe d’angle, assemblage, ou en finition.

Votre entreprise a-t-elle des atouts ou des savoir-faire différenciants ?

O.B. : Oui. Nous sommes reconnus pour notre réactivité et note rapidité mais aussi pour la qualité de nos produits. Culaud est capable de prototyper sous quelques jours, de faire des pièces à l’unité ou très techniques en bois massif.

Des investissements sur le parc machines sont-ils prévus ?

O.B. : Nous avons déjà une machine à commande numérique et nous nous préparons à la réception d’une seconde, en octobre. Elle sera plus complète. Il s’agit d’une HOMAG BMG 512, doubles têtes ( 3 axes et 5 axes) avec une table de 6,70 mètres et un poids de 12tonnes ! Cette machine à commande numérique cinq axes va nous permettre de faire des produits très spécifiques. Cela pourra être des mains courantes débillardées ou des pièces cylindriques, sphériques, des usinages latéraux…. De manière générale, nos investissements sont réguliers pour notre parc machines. Outre la commande numérique que nous attendons, nous nous sommes dotés d’une déligneuse RAIMANN , d’une ponceuse  à bande SCM et une tronçonneuse d’optimisation à angles variables STROMAB. En termes d’informatique, nous sommes équipés d’un ERP DIVALTO que nous allons associer à un CRM pour un meilleur suivi de nos clients et nous envisageons également d’aller plus loin en matière de planification de la production.